Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

English |  Ajuster la taille du texte : A | A | A

Ce que vous devriez savoir à propos des médicaments de spécialité

Dans le cadre des régimes de soins de santé, les médicaments d’ordonnance se divisent principalement en deux catégories : les médicaments traditionnels et les médicaments de spécialité.

Quelle est la différence entre les deux?

Les médicaments traditionnels, par exemple les médicaments contre l’hypertension artérielle, la pilule contraceptive et les antidépresseurs sont, de loin, les plus connus. Même si les médicaments traditionnels entraînent des milliards de dollars en dépenses annuelles, le coût du traitement associé à chacun d’eux est généralement modeste.

Les médicaments de spécialité, eux, relèvent d’une classe à part. Si vous connaissez ce terme, c’est probablement parce que vous êtes un professionnel de la santé ou que vous ou l’un de vos proches souffrez d’une maladie chronique complexe. Ces médicaments servent à traiter des maladies plus graves, comme la polyarthrite rhumatoïde sévère, la sclérose en plaques ou le cancer.

De bonnes nouvelles... et des ombres au tableau

La bonne nouvelle : d’énormes progrès ont été réalisés sur le plan du traitement d’un grand nombre de ces maladies. Dans certains cas, l’annonce d’une maladie qui auparavant bouleversait la vie des patients se gère maintenant mieux grâce au bon médicament de spécialité. 

Toutefois, ces progrès ont d’autres répercussions, notamment sur les dépenses en médicaments de spécialité, qui ont plus que doublé entre 2007 et 2016. Non seulement ces médicaments tendent à coûter beaucoup plus cher que les médicaments traditionnels, mais afin d’en profiter réellement, les patients traités pour une maladie chronique complexe doivent aussi parfois se soumettre à des examens diagnostiques poussés et obtenir des conseils cliniques sur une base régulière pour optimiser la posologie du médicament, gérer les effets secondaires et éviter les interactions avec d’autres médicaments, des suppléments ou des aliments. Il arrive aussi que ces médicaments exigent des manipulations et un entreposage particuliers

     Lecture connexe : Comprendre les médicaments de spécialité très coûteux et les options qui s’offrent à vous

De nouveaux médicaments contre l’hépatite C mettent en lumière le potentiel incroyable des médicaments de spécialité, ainsi que leur coût parfois astronomique.

Ainsi, jusqu’à récemment, un diagnostic d’hépatite C signifiait une longue et difficile épreuve qui menait au décès prématuré. Le pronostic laissait entrevoir des problèmes de santé chroniques et allant en s’aggravant comme des lésions au foie, de l’insuffisance hépatique et le cancer du foie. À l’échelle de la planète, près de 400 000 personnes décèdent chaque année des suites de l’hépatite C.

Mais aujourd’hui, il y a enfin de l’espoir.

Avant la mise en marché de nouveaux agents antiviraux à action directe (AAD) en 2014, les seuls traitements offerts s’accompagnaient d’effets secondaires invalidants et le taux de guérison des patients était faible. En fait, certains chercheurs se demandaient si le traitement n’était pas « pire que la maladie » (en anglais seulement). Or, grâce aux AAD, la durée des traitements est plus courte et les effets indésirables, moins nombreux. Ainsi, plus de malades terminent leur traitement et guérissent. Par contre, le coût des médicaments est élevé. Il peut atteindre entre 45 000 $ et 100 000 $ (en anglais seulement) par patient.

     Lecture connexe : Que se passe-t-il dans le secteur des régimes d’assurance médicaments au Canada?

Étant donné ce coût élevé, les dépenses engendrées par cette catégorie dans le cadre des régimes d’assurance médicaments offerts par l’employeur ont grimpé de 232 % entre 2014 et 2015. En revanche, en 2016, bon nombre des 250 000 Canadiens souffrant d’hépatite C (en anglais seulement) avaient été traités et guéris, et les dépenses avaient chuté de 63 %. (Page 37, Rapport sur les tendances en matière de médicaments en 2016 d’Express Scripts Canada)

Il ne s’agit là que d’un exemple des tendances en matière de médicaments de spécialité. En 2007, le coût des médicaments de spécialité représentait 13 % des dépenses totales engagées par les régimes privés, par rapport à 30 % en 2016. De plus en plus de médicaments de ce genre sont en voie de développement et seront lancés sur le marché. À mesure qu’un plus grand nombre de Canadiens s’en prévaudra, les régimes d’assurance médicaments privés peineront à gérer ces coûts supplémentaires.

Par chance, il existe bien une solution pour maîtriser les coûts.

Les régimes d’assurance médicaments qui font l’objet d’une gestion globale permettent de procurer aux participants le soutien essentiel dont ils ont besoin pour tirer profit de ces traitements coûteux tout en assurant une saine gestion des coûts à long terme.

     Lecture connexe : Rapport d’Express Scripts Canada sur les tendances en matière de médicaments en 2016, page 18, pour comprendre comment un régime qui fait l’objet d’une 

     gestion serrée peut à la fois aider les patients et contribuer à réduire les dépenses en médicaments. 

En alignant les traitements sur les directives cliniques, en permettant aux patients de prendre des décisions éclairées au moment opportun et en donnant accès à des soins globaux, ces régimes favorisent l’obtention des meilleurs résultats possible sur le plan de la santé au coût le plus bas. Les participants qui souffrent de maladies chroniques et complexes peuvent se procurer les médicaments de spécialité dont ils ont besoin, et les promoteurs de régime peuvent s’assurer que leur régime est efficient et viable. 

      Lecture connexe : Une approche stratégique pour protéger les régimes d’assurance médicaments

Vous voulez en savoir davantage sur les régimes d’assurance médicaments qui font l’objet d’une gestion globale et comment ils peuvent réduire les coûts? Communiquez avec nous dès aujourd’hui. Vous voulez en savoir davantage sur Express Scripts Canada? Consultez notre FAQ à l’intention des participants.

Express Scripts Canada