Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Canada
English |  Ajuster la taille du texte : A | A | A

Les six choses les plus importantes que les femmes doivent savoir à propos de la santé cardiovasculaire

Février est le mois où Cupidon s’amuse à cibler les cœurs avec ses flèches de l’amour. Saviez-vous que ce mois est aussi le Mois du cœur? C’est une excellente occasion pour nous tous (en particulier les femmes) de penser à la santé de notre cœur. Les maladies du cœur et les accidents vasculaires cérébraux sont les principales causes de décès prématuré chez les femmes au Canada. Selon la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada, les maladies du cœur touchent les femmes d’une manière différente à bien des égards. En effet, leurs symptômes ne correspondent pas tout à fait aux symptômes classiques, et les examens diagnostiques ne sont pas aussi efficaces. De plus, les effets des changements physiologiques liés à la grossesse, à la ménopause et aux changements hormonaux ont une incidence sur leur santé cardiovasculaire.

Par ailleurs, les femmes ne sont pas suffisamment renseignées sur les risques et les symptômes liés aux maladies cardiovasculaires. D’autres différences fondées sur le sexe et le statut économique ont aussi une incidence sur la santé des femmes. Par exemple, les femmes autochtones meurent des suites de maladies du cœur à un plus jeune âge que les femmes non autochtones. De plus, le taux de mortalité attribuable à une coronaropathie est 53 % plus élevé chez les femmes autochtones que chez les autres femmes.

Lecture connexe : Problèmes de santé chez les Autochtones du Canada

Que ce soit pour votre mère, votre sœur, votre fille, une amie proche ou vous-même, voici les six choses les plus importantes à savoir au sujet et des maladies cardiovasculaires chez les femmes.

  1. Apprenez à connaître vos facteurs de risque. Il existe trois types de facteurs de risque : 1. les maladies, comme l’hypertension artérielle et le diabète; 2. les facteurs liés au mode de vie, comme le tabagisme, une consommation abusive d’alcool et le stress; 3. les facteurs de risque non modifiables, comme l’âge (surtout après la ménopause) et les antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires. Vous êtes la personne la mieux placée pour veiller à votre santé. Prenez le temps de vous renseigner sur vos facteurs de risque et consultez votre professionnel de la santé pour lui faire part de vos préoccupations ou de tout changement que vous avez observé relativement à votre santé.

Lecture connexe : Tension artérielle et santé cardiaque : une question de risque

  1. Soyez attentif aux symptômes. Même si le symptôme le plus commun d’une crise cardiaque est une douleur ou un inconfort thoracique, les femmes peuvent faire une crise cardiaque sans ressentir de pression à la poitrine. Leurs symptômes peuvent comprendre de l’essoufflement, une pression ou une douleur dans la partie inférieure du thorax ou dans la partie supérieure de l’abdomen, des étourdissements, un évanouissement, une pression dans le haut du dos ou une fatigue extrême. Souvent, les femmes ne tiennent pas compte de ces facteurs et poursuivent leurs activités. Si le cœur cesse de battre pour quelque raison que ce soit, l’apport en oxygène aux organes vitaux diminue et la mort peut survenir en quelques minutes. En agissant rapidement, il est possible de sauver une vie.
  1. Fiez-vous à votre instinct et parlez à votre médecin. Selon la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada, les symptômes d’une crise cardiaque passent inaperçus chez 53 % des femmes. Maintenant que vous connaissez les symptômes, prenez le temps de rester à l’écoute de votre corps et sachez reconnaître les signes qui vous indiquent que quelque chose ne va pas. Parlez à un professionnel de la santé de vos facteurs de risque. Savoir, c’est pouvoir.

Lecture connexe : Vous êtes la personne la mieux placée pour veiller à votre santé

  1. Réduisez les risques de maladies grâce à une saine alimentation. La Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada estime que dans près de huit cas sur dix, les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux précoces pourraient être évités grâce à l’adoption d’un mode de vie sain. Tout comme la réduction du stress et l’exercice, la saine alimentation fait partie d’un mode de vie sain. Vous devriez manger entre 7 et 10 portions de légumes ou de fruits par jour ainsi que beaucoup d’aliments à grains entiers (qui contiennent des fibres, des protéines et d’importantes vitamines du complexe B, en particulier les vitamines B6, B12 et l’acide folique) et choisir des protéines provenant de viandes maigres (qui aident à renforcer les muscles) afin d’avoir une santé cérébrale et cardiovasculaire optimale. Changer votre alimentation peut s’avérer un défi, mais faites-le pour votre cœur. Il s’en portera mieux.
  1. Faites augmenter votre rythme cardiaque. Comme tout autre muscle, le cœur a besoin d’exercice pour rester en santé. Peu importe votre âge, il est important de faire de l’activité physique régulièrement. Les études ont montré que l’exercice réduit le risque de maladies du cœur et d’accidents vasculaires cérébraux, augmente le niveau d’énergie, réduit le stress, améliore le sommeil et aide à prévenir et à contrôler les risques de maladies comme l’hypercholestérolémie, l’ostéoporose et le diabète de type 2. Pendant combien de temps devriez-vous faire de l’exercice? Le Guide alimentaire canadien précise que les adultes (y compris les personnes âgées) devraient faire au moins 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée à élevée par semaine, divisées en périodes de 10 minutes ou plus.

Lecture connexe : Votre résolution de vous remettre en forme pourrait faire bien davantage que d’affiner votre silhouette

  1. Prenez soin de vous pour rester en santé. Sortir dehors pour profiter de la nature et réduire la fatigue, établir une routine du coucher qui favorise de saines habitudes de sommeil et prendre ses médicaments tels qu’ils sont prescrits sont essentiels à une bonne santé cardiaque. Si vous avez des questions au sujet des effets secondaires possibles de vos médicaments, parlez-en à votre pharmacien ou à votre médecin qui pourront vous renseigner et vous donner des conseils.

Même s’il y a eu des avancées majeures dans la recherche sur les maladies du cœur pour traiter les Canadiennes et les soutenir afin qu’elles puissent jouir d’une santé cardiovasculaire optimale, il demeure essentiel de veiller à votre santé en tenant compte des conseils ci-dessus. Lorsqu’on est mieux renseigné, on peut mieux agir. Vous méritez ce qu’il y a de mieux.

Express Scripts Canada